CONFÉRENCE – SUJETS & INTERVENANTS

Une conférence a été proposée au sein de l’espace d’exposition, autour des liens qu’entretiennent l’Art et la Médecine, au fil de l’histoire et à l’heure actuelle, avec des intervenants tels que Marie-Claude THOMAS, psychanalyste, Hervé BERNARD, Sémiologue de l’image, Marie-Paule MASSERON, Présidente de l’ANCC et le Docyeur Patrick CARLIOZ, Parrain du festival.

Pour la deuxième édition de nombreuses représentations et ateliers sont prévus, ainsi qu’une conférence organisée par Hervé BERNARD et Jean-louis POITEVIN.
CONFÉRENCE – FESTIVAL AVC 2.0
« Ecriture et métamorphose en Médecine et en Art »

Problématique : Dans quelles mesures ces deux notions sont elles palpables, quel rôles ont-elles au sein de la démarche artistique et de la démarche médicale, et en quoi ont-elles fait évoluer ces disciplines ? N’est-ce pas là un moyen de lier Art & Médecine ?

>>> Téléchargez le compte-rendu de la conférence du festival AVC 1.0

/// « ART, MÉDECINE & HUNMANITÉ »
Problématique : En quoi l’Art et la médecine sont-ils intimement liés et servent l’Homme, sa conservation, son équilibre et son évolution?

>> Intervenants et acteurs de la table ronde


Dr. Patrick CARLIOZ (Chirurgien Pédiatre – Clinique du Val d’Ouest)
Une Cardiologue (ANCC – Association Nationale des Cardiaques Congénitaux)
Mme Marie-Paule MASSERON (Présidente de l’ANCC )
Hervé BERNARD Photographe et sémiologue de l’image
Marie-Claude THOMAS Psychanalyste
M. Loïc PERREL Concepteur du Festival AVC, Arts Visuels & Contemporains

Thématiques :

1- En quoi l’enfermement est-il indissociable de l’acte de création, de la gestion de la maladie, des médications et du processus de rétablissement ? Quelles sont les limites de ce cloisonnement physique et psychique quant à l’épanouissement du créateur et du patient, ou malade?
(cf : Exposition Van-Gogh et Artaud)

2- Entre enfermement et ouverture, la Médecine et l’Art développent des méthodes de réflexion, d’analyse, d’échange, de conception et de création, proposent des solutions répondant à diverses problématiques, et utilisent des innovations technologiques ; cela permettant à l’humanité d’évoluer, de se comprendre et de se perpétuer.

a- En quoi l’Art a-t-il permis à la Médecine de se développer ?

>> En quoi l’utilisation de la représentation graphique et du dessin d’observation (cf : Leonard de Vinci, Montaigne) a permis une meilleure compréhension de la structure interne du corps humains, celui des animaux, insectes et autres végétaux, et une transmissions des savoirs plus efficaces ?

>> Le développement technologique des modes de représentation (photographie, vidéo, procédés d’impression, informatique…) a permis une meilleure appréciation des symptômes et des pathologies, de fait des diagnostics plus performants et précis. Quels sont les liens entre le créateur et le patient ou malade ?

b- En quoi la Médecine a-t-elle permis à l’Art de se développer ?

>> En quoi les protocoles médicaux, en terme de diagnostic et de traitement, ont-ils permis à l’Art un enrichissement au plan intellectuel (symbolique et iconographique) et plastique?

La sémiologie (cf : Émile LITTRÉ), comme domaine d’analyse, de compréhension, de réflexion et d’innovation, en vue de percevoir la structure d’un contexte et d’évoluer en son sein ; La médecine en a profondément bénéficié et l’a transmise aux domaines de l’Art, de la représentation et de l’image.

La dissection de sujets humains, d’animaux et autres insectes et organismes aquatiques comme tremplin au développement de lignes graphiques variées et stylisées, et de représentations de plus en plus réalistes, maîtrisées et riches en terme de forme, de couleur (cf. Michel-Ange, Damien HIRST).

3- En quoi la cognition, le langage et la linguistique sont-elles indissociables de la conception et de la fabrication d’une image, et de sa dimension signifiante? En quoi ces mêmes sciences humaines forment-elles une trichotomie indispensable au dialogue entre le créateur et son interface d’expression, entre ce même créateur et son public, ses interlocuteurs ? En quoi ce système triadique s’articule à la notion d’échange, au dialogue que doit instaurer le médecin avec son patient, afin de lui présenter des images pertinentes répondant aux problématiques auxquelles le praticien doit faire face ? De fait, dans quelles mesures peut-on apparenter, le créateur d’images et le médecin ?

4- En quoi la science, l’ingénierie et l’innovation technologique ont-elles permis à la Médecine d’innover dans ses méthodes d’analyse, de diagnostic et de traitement et notamment au niveau des maladies cardiaques congénitales ? En quoi ces mêmes domaines ont-ils permis un élargissement des points de vue et des manières de représenter la réalité et l’imaginaire au fil de l’Histoire des civilisations ?

5- l’Art peut-il être considéré comme une science, au même titre que la Médecine ? En quoi l’expérimentation est-elle indissociable de l’évolution de ces deux domaines? Peut-on dégager un lien entre les méthodes expérimentales usitées au sein de ces deux domaines scientifiques ?

Conclusion :

>> L’Art et la Médecine sont très proches et évoluent en parallèle, ces deux sciences peuvent se transmettre des méthodes de réflexion, d’analyse et de remise en question, ainsi que des résultats concrets qui permettent à l’humanité d’évoluer et aux humains de se comprendre.

Peut on parler de l’Art-Thérapie comme d’une rencontre entre l’Art et la Médecine visant à harmoniser la psyché et le physique de l’être humain, quel que soit son déséquilibre ? De l’expression plastique et de la musicologie comme traitement ?

Peut-on mettre la démarche du Festival AVC, Arts Visuels et Contemporains, au même rang et peut-on lui attribuer une fonction tout à fait bénéfique aussi bien à l’Art qu’à la Médecine, qui justifierait sa pérennité et son bien-fondé ?